Animateur(trice) nature

Date d'émission: 

01/12/2016

Type de fiche: 
métier
Famille de métier: 
4 - Communication, valorisation
Typologie: 
Coeur de métier de la biodiversité
Finalités du métier : 

L’animateur(trice) a pour objectif d’accueillir et d’encadrer des participants dans le cadre de sorties, d’animations à thèmes ou de rencontres avec pour objectifs d'éveiller la curiosité et développer la réflexion des publics, leur autonomie et leur socialisation. Il ou elle leur fait vivre une expérience différente dans un contexte didactique, ludique ou sportif.
Il ou elle transmet des connaissances et sensibilise le public à la préservation de la nature. Son domaine d’expertise peut aussi recouvrir les questions patrimoniales et culturelles.

Missions et activités principales : 

Organiser l'activité d'animation :

Se documenter sur les thématiques et contextes, assimiler et mobiliser les informations,
Planifier le calendrier des animations et la programmation des projets,
Assurer la logistique et la gestion du matériel et des espaces d'intervention,
Mettre en œuvre des projets pédagogiques (activités scolaires et périscolaires, enseignement supérieur…) et les évaluer,
Se constituer un réseau professionnel en termes de ressources humaines et matérielles, de lieux, ou de recherche de financements.

Réaliser des animations :

Assurer l’accueil du public,
Informer et sensibiliser à la biodiversité, la réglementation, sur les modalités de gestion du ou des sites concernés,
Réaliser différents types d'animations pour des publics variés selon les modalités pédagogiques prévues (conte, expérimentation, interactivité…), en salle ou lors de sorties et visites sur le terrain,
Concevoir des outils et supports d’information pédagogiques adaptés aux différents publics,
Adapter sa pratique en fonction des personnes présentes et de la situation en cours.

Compétences requises

Connaissances :

Connaissances naturalistes et écologiques (générales, fonctionnement et gestion du site concerné)
Pédagogie et caractéristiques psychomotrices des publics (enfants, adultes et publics spécifiques)
Techniques et méthodes pédagogiques (ludiques, scientifiques, cognitives…)
Programmes scolaires
Règles de sécurité pour l’accompagnement du public (météo, faune, zones dangereuses…)

Savoir-faire :

Conduite et animation de groupes en sécurité
Création d’outils et de scenarii pédagogiques
Encadrement pédagogique
Techniques d’expression orale (proche dramaturgie) et écrite
Prise de parole en public

Savoir-être :

Relationnel (écoute, sens du contact)
Organisation, ponctualité
Adaptabilité, réactivité (différents publics)
Pédagogie, force de conviction
Créativité, curiosité

Exercice du métier

Conditions et moyens :

L’animateur(trice) agit dans différents environnements : en milieu naturel, en milieu scolaire ou extra-scolaire, et exerce potentiellement sur des sites naturels isolés, terrestres comme marins.
Le travail est intensif avec les groupes scolaires (maintien de l’attention des jeunes publics, vigilance en termes d’encadrement). L’amplitude horaire est souple, soumise à des pics d’activités saisonniers, y compris en soirée, de nuit, les week-ends et jours fériés (accueil de publics, évènements à l’échelle régionale ou nationale …).
Sur le terrain, l’animateur(trice) peut être équipé(e) d’une tenue spécifique et/ou d’un équipement de sécurité. De bonne condition physique, il ou elle doit justifier d’un diplôme d’état dans le cadre d’activités sportives spécifiques (cf. fiche métier : « accompagnateur(trice) nature »). L’animation de publics mineurs impose des règles strictes d’encadrement (1 animateur pour 8 enfants de moins de 6 ans sinon 1 pour 12 enfants) et un taux d’encadrement à 50% minimum par des personnes titulaires du BAFA.
Il ou elle peut être amené(e) à véhiculer des groupes sur site, auquel cas le permis B est obligatoire, mais le D peut être requis. Les compétences en langues peuvent se révéler indispensables pour accueillir des clientèles étrangères sur des sites majeurs à forte affluence (Grands Sites de France, etc.).
En situation de responsabilité de service, il ou elle peut organiser la politique d’animation d’un site ou d’un secteur donné et animer une équipe de collaborateurs ou concevoir les dispositifs et programmes en position de médiateur(trice) (cf. fiche métier : « médiateur(trice) scientifique »).
Le métier exige une rigueur particulière de posture en termes de neutralité et d'ouverture d'esprit.

Evolution :

Le métier concerne des publics de plus en plus larges. Il est impacté par le développement des partenariats et le travail en réseau, les évolutions des techniques pédagogiques (plus de participatif, diffusion des méthodes actives…) et le resserrement des réglementations sur l'encadrement de groupes de mineurs et jeunes adultes (sécurité, transport, évolution en milieu naturel …). Evolution vers plus d'administratif (plans de financement, évaluations).
Les animations évoluent vers plus d’interactivité (sorties théâtralisées, ateliers interactifs…).

Risques spécifiques :

Evolution en milieu parfois difficile, contact avec des maladies et parasites (Lyme, échinococcose alvéolaire, maladies infantiles…) et faune potentiellement dangereuse. Risques d’insolation. Transport de charges (port de matériel pédagogique potentiellement lourd et encombrant), manipulation de matériel et produits parfois dangereux.
Risques liés aux déplacements, risque d’altercation ou d’incivilité (lié au contact avec le public).

Accés

Missions et activités spécifiques: 

Peut être amené(e) à :

Participer à l’élaboration d’outils pédagogiques de communication (plan d’interprétation, panneaux d’exposition…)
Participer à des actions de promotion, à la conception d’évènements et de manifestations
Assurer un suivi administratif et financier de son activité
Assurer une veille documentaire et scientifique
Encadrer d’autres animateurs en stage ou en service civique