Animateur(trice) de réseau

Date d'émission: 

01/12/2016

Type de fiche: 
métier
Famille de métier: 
2 - Action territoriale et relationnelle
Typologie: 
Métiers contribuant à la préservation de la biodiversité
Finalités du métier : 

L’animateur(trice) de réseau anime les relations entre des personnes, acteurs ou partenaires dédiés afin de constituer un réseau qui a pour objectif de fédérer autour d'un sujet impactant la biodiversité, d'échanger et de mutualiser des informations (connaissances, expériences, bonnes pratiques, éléments d’actualité) ou de développer des programmes d’actions. Il ou elle est amené(e) à coordonner des groupes de travail, à impulser de nouveaux projets et actions afin de développer le réseau concerné, d’accroître son efficacité, sa rentabilité et sa notoriété.
Selon les objectifs et l'origine du réseau, son autonomie et son fonctionnement pourront être différents, et donc influer sur les missions de l’animateur(trice) du réseau.

Missions et activités principales : 

Animer et accompagner la vie du réseau :

Apporter et administrer des outils d'échange et collaboratifs, principalement sur le web,
Initier et favoriser la coopération et la mutualisation par les échanges d’expériences, la production d’idées et la diffusion de données,
Chercher, relayer et assurer la circulation de l'information,
Faire émerger, formaliser et faire respecter les valeurs du réseau, ses objectifs, et ses principes de fonctionnement,
Favoriser la fréquence des échanges et les initiatives, intervenir et encourager si nécessaire,
Veiller à la qualité des échanges (convivialité, plaisir, coopération, rentabilité), et accueillir les nouveaux membres.

Garantir le bon fonctionnement du réseau :

Développer l’autonomie du réseau, initier une gouvernance et des responsabilités partagées,
Trier, organiser et mettre à disposition le contenu échangé ou créé dans un système d'information,
Entretenir et adapter les outils pour répondre aux besoins techniques de fonctionnement du réseau,
Dissuader les influences néfastes (contraires à la dynamique) et réagir ou être un médiateur selon les cas.

Représenter le réseau et valoriser ses activités et productions :

Animer la communication interne et externe, assumer le porte-parolat du réseau,
Faire émerger et coordonner la création de supports ou de productions formalisées (ouvrages de synthèse de connaissances ou de réflexion, outils, formations, évènements…),
Diffuser les productions sur le système d'information et hors du réseau (pairs, partenaires, financeurs, public…),
Représenter le réseau, exposer ses projets et productions au sein d'instances ou évènements,
Accompagner ou apporter un appui administratif et logistique au réseau et à ses projets (budget, règlements, dossiers de financement, conventions, chartes…), évaluer les résultats.

Compétences requises

Connaissances :

Techniques de communication écrite et orale tous supports
Rôle, action et actualité de la structure
Générales en biodiversité et domaine concerné par le réseau
Contexte socio-économique et acteurs concernés
Gestion administrative et budgétaire

Savoir–faire :

Travail en réseau, animation de réseau
Conduite de projet
Organisation et animation de groupes de travail, de réunions techniques et statutaires
Maîtrise des outils dédiés (bureautique, NTIC, web)
Analyse et synthèse de l'information

Savoir-être :

Relationnel (empathie, écoute, ouverture d’esprit)
Initiative
Adaptabilité, créativité
Organisation, rigueur
Vision prospective

Exercice du métier

Conditions et moyens :

Le métier d’animateur(trice) de réseau est pour partie un emploi mobile (déplacements réguliers selon le territoire et les acteurs concernés, éventuellement en France entière et à l’international) et pour partie un emploi sédentaire (travail sur écran, bureautique). Il s’exerce avec une relative autonomie, en relation étroite avec sa hiérarchie ou les consignes générales délivrées par sa structure. L’animation de réseau s’effectue le plus souvent à distance (téléphone, voie numérique), mais peut recouvrir de nombreuses actions de terrain (réunions, rencontres, colloques…). L’amplitude horaire peut être large selon les nécessités des déplacements, y compris en soirée et le week-end.
Sa particularité tient à devoir animer, coordonner, réguler ou faire consensus auprès d'acteurs divers, sans aucun lien hiérarchique direct. Son activité se place dans un contexte et une exigence d’éthique en matière d’environnement, de sauvegarde de la biodiversité mais aussi de fonctionnement (valeurs de respect et d’opérationnalité). Les questions de légitimité (du réseau, de l’animateur, du projet…) et de son autonomie ou sa liberté sont cruciales et peuvent évoluer en fonction du contexte. La rigueur et l’exemplarité sont tout aussi importantes que les relations humaines. Les compétences exercées le rapprochent en ce sens de celles d’un responsable de projet (voir fiche fonction « responsabilité de projet »).

Evolution :

Le métier d’animateur(trice) de réseau est impacté par l’évolution de l’organisation et du fonctionnement des réseaux. Le développement de l’expertise de son employeur en matière de biodiversité peut avoir une incidence sur le contenu des projets et des actions développées. La réforme territoriale peut impliquer des regroupements d’entités, impactant potentiellement l’organisation du réseau concerné.
Si les déplacements sont inhérents au métier, les nouvelles technologies sont incontournables dans la vie du réseau pour l'échange d'informations, les productions, et le contact relationnel et professionnel à distance (outils web de travail collaboratif, réseaux sociaux, NTIC…).

Risques spécifiques :

Troubles musculo-squelettiques et troubles oculaires (liés à une activité prolongée sur écran), risques liés aux trajets (déplacements…).

Accés

Missions et activités spécifiques: 

Peut être amené(e) à :

Administrer et intégrer les contenus sur le site et les outils web (voir fiche « webmestre »)
Être associé(e) à des travaux rédactionnels de supports de communication (voir fiches « chargé(e) de communication » et « chargé(e) d'éditions »)
Proposer des actions adaptées aux différents acteurs et à l’historique des structures
Intervenir en matière de vie associative (voir en complément « chargé(e) de vie associative »)
Devenir référent sur le sujet traité par le réseau