Chargé(e) de collection

Date d'émission: 

01/12/2016

Type de fiche: 
métier
Famille de métier: 
3 - Gestion des connaissances
Typologie: 
Coeur de métier de la biodiversité
Finalités du métier : 

Le métier de chargé(e) de collection a pour finalité d’enrichir, gérer et valoriser un fonds de données à caractère scientifique ou patrimonial. Il ou elle définit et organise de manière opérationnelle la conservation préventive et curative de collections en constante évolution.
Il ou elle intervient autant dans le domaine de la biodiversité (botanique, zoologie…) que dans celui du patrimoine culturel (Grands Sites de France…).
Le cadre de son activité peut inclure les échantillothèques de tissus (banque de gènes). Organisant l’accessibilité des collections, le ou la chargé(e) de collection facilite le travail des chercheurs en matière de biodiversité.

Missions et activités principales : 

Assurer la gestion et la conservation des collections :

Gérer l’acquisition de nouvelles collections (dons, récupérations de collection, recherches…),
Piloter et administrer la gestion d’une collection (muséale ou vivante, en botanique, zoologie ou sciences du vivant, en patrimoine…),
Se charger d’optimiser les conditions de conservation des pièces ou des données (modalités de conservation),
Actualiser les références des collections de façon continuelle, documenter l’intégralité des interventions (relevés photographiques, résultats d’analyses etc.),
Réaliser ou superviser les opérations de conservation préventive lors des différentes étapes de la préservation et de la gestion des fonds (manipulation, utilisation, conditionnement et emballage, transport, stockage, exposition, exploitation…).

Valoriser les données :

Participer à la politique de diffusion et de mise à disposition des données (collections, résultats d’études…),
Accueillir différents utilisateurs du fonds et gérer les demandes d’utilisateurs (chercheurs, étudiants…),
Contribuer à la réalisation des supports et actions de communication et de documentation (expositions, catalogues de données…),
Réaliser ou commander des restitutions scénographiques, résultant de recherches ou d'archéologie expérimentale (dioramas, fac-similés, copies ...).

Compétences requises

Connaissances :

Sciences naturelles (botanique, zoologie, écologie...)
Modalités et techniques de traitement et de conservation des fonds et collections (température, humidité…)
Législation patrimoniale, techniques de fabrication et de restauration (matériaux, outils, procédés etc.)
Environnement scientifique et professionnel
Anglais technique

Savoir-faire :

Catalogage/classement des collections (techniques et outils)
Conservation (de données botaniques, zoologiques, patrimoniales…)
Techniques de numérisation de données et utilisation du matériel
Rédaction de documents à caractère scientifique et/ou technique
Manipulation sécurisée de produits toxiques, cancérigènes ou inflammables

Savoir-être :

Adaptabilité
Créativité, curiosité
Réactivité
Rigueur
Patience

Exercice du métier

Conditions et moyens :

Le métier s’exerce dans des cadres assez hétérogènes, sur le terrain (collections botaniques), en bureau ou en local adapté (conservation de données ou de pièces). Pour des questions liées aux obligations de conservation, le métier est exercé le plus souvent dans des milieux clos, à la lumière artificielle. Généralement sédentaire, il implique la manipulation d'objets fragiles ou lourds et l’application de techniques répétitives.
Les techniques d'intervention en conservation préventive impliquent l'utilisation de produits chimiques, toxiques, inflammables et cancérigènes nécessitant l'application de protocoles stricts et de règles de sécurité.
Des habilitations spécifiques à l'usage de ces produits peuvent être requises. La conduite de véhicules de chantiers, d'élévateurs, de transpalettes peut s'avérer nécessaire (CACES spécifiques lors d’activités de manutention). L’activité peut présenter des pics d'intensité en fonction d’expositions, d’entrées de pièces ou d’acquisition de nouvelles collections.
Le travail sur les échantillons de tissus (banques de gènes) requiert des connaissances en chimie appliquée (analyse de sédiments…).

Évolution :

Le métier est impacté par l’évolution des techniques de conservation et une évolution des normes. La numérisation des données monte en puissance. Par ailleurs, le mode de gestion des données est caractérisé par de nouvelles technologies de conservation et d’analyse de données, permettant le développement de banques de données spécifiques (échantillothèques de tissus de poissons, mytilithèque, cuves cryogéniques de l’écothèque…), représentatives de la biodiversité nationale. Sur ses aspects patrimoniaux, le métier tend aussi vers des restitutions numériques 3D.

Risques spécifiques :

Risques chimiques, risques liés au feu, allergies, port de charges (troubles musculo-squelettiques). Risques de pathologies liées à d’anciens produits de conservation de collections en activité.

Accés

Missions et activités spécifiques: 

Peut être amené(e) à :

Réaliser un diagnostic de conservation et des causes de dégradation et d’altération
Participer au montage d'expositions (contenu, scénographie, choix du mobilier …)
Intervenir dans des colloques
Mobiliser son expertise à la demande
Convoyer des pièces patrimoniales en France ou à l’étranger