Chargé(e) d'exploitation assainissement

Date d'émission: 

03/01/2017

Type de fiche: 
métier
Famille de métier: 
1.2 - Nettoiement des eaux et sols
Typologie: 
Métiers contribuant à la préservation de la biodiversité
Finalités du métier : 

Le ou la chargé(e) d’exploitation assainissement définit et organise la mise en œuvre d'un projet d'assainissement et en assure la gestion et l'administration dans le cadre de la directive européenne sur l'eau. Il ou elle doit concevoir et veiller au bon fonctionnement des systèmes de production des eaux et au traitement des eaux usées ou industrielles. Il ou elle met en œuvre des technologies respectueuses de l'environnement, pouvant faire appel à des biotechnologies, qui garantissent la conformité du rejet dans le milieu naturel.

Missions et activités principales : 

Définir et mettre en œuvre un projet d’assainissement :

Assurer la planification d’un projet au plan technique et financier (travaux de maintien ou de construction de nouveaux équipements de canalisation ou de raccordement au réseau),
Concevoir le projet et l'adapter au cours de son exploitation au volume et à la nature des eaux,
Rédiger le cahier des charges technique des travaux,
Gérer et coordonner la mise en œuvre des projets, participer aux réunions avec le maître d’ouvrage,
S’assurer de la conformité technique et règlementaire des opérations effectuées et réaliser la veille.

Gérer les opérations d’assainissement sur le plan technique et règlementaire :

Contrôler l’exploitation (surveillance des différents paramètres de débit et de qualité de l'eau produite, régulation du débit, gestion du traitement des eaux),
Planifier ou déclencher les mises en service ou l’arrêt en fonction des besoins,
Planifier les opérations de curage préventif des canalisations,
Diagnostiquer la nature des incidents et y remédier,
Assurer la gestion administrative de l’activité.

Assurer un suivi qualité de la production :

Contrôler l’application des procédures et règles d’hygiène, sécurité, qualité et environnement,
Suivre et mettre à jour les outils de suivi d’activité et de contrôle,
Sensibiliser à la démarche hygiène, sécurité, environnement et prévention des risques,
Alerter les autorités sur tout risque technique, juridique ou sanitaire,
Identifier les causes, risques et conséquences de pannes ou d’incidents techniques et alerter les services concernés.

Compétences requises

Connaissances :

Physique, chimie, biologie, propres au domaine
Techniques spécifiques (hydraulique, mécanique, électromécanique et automatisme)
Règles de salubrité et d’hygiène publique
Assurance qualité et normes qualité environnementales (production, rejets des eaux usées)
Règlementation sur l’eau

Savoir-faire :

Techniques de production, analyse, épurement et traitement des eaux
Organisation et planification du travail
AMO de chantiers techniques
Diagnostic de panne, gestion de maintenance (exploitation d’assainissement)
Management d’équipe technique

Savoir-être :

Relationnel

Analyse, synthèse
Rigueur
Disponibilité, réactivité
Sens du travail en équipe

Exercice du métier

Conditions et moyens :

Le métier s’exerce de façon autonome, pour une partie sédentaire (travail bureautique) et sur le terrain (gestion et supervision de chantiers et de l’exploitation). Polyvalent, il offre de multiples visages, tant administratifs que techniques ou règlementaires. Il comprend des déplacements sur le terrain y compris de nuit ou en soirée selon les nécessités ou les urgences (inspection des réseaux, incidents en cas d’orage…). Il nécessite une bonne condition physique pour les interventions de terrain. L’activité peut impliquer des astreintes, obligeant à une grande disponibilité. La gestion d'une équipe et le travail en commun avec la maintenance exigent des qualités relationnelles certaines.
L’activité peut varier selon le secteur (eau potable, assainissement et rejets industriels…), le mode d'exploitation (captage, traitement, stockage ...) ou encore le degré d'automatisation des sites et la taille des infrastructures de traitement des eaux. L'activité peut s'effectuer en zone à atmosphère confinée. Le port d'équipements de protection (masques, gants ...) peut être exigé. Une habilitation aux risques d'origine électrique peut être demandée.

Évolution :

Le métier est influencé par les évolutions de la réglementation sur l’eau, par le règlement interne et les mesures de sécurité au travail. Les méthodes d’assainissement sont amenées à intégrer de plus en plus la dimension environnementale, les procédés écologiques et les normes de qualité qui s’y réfèrent (règlementation sur le rendement des réseaux introduite par le Grenelle II, développement de matériaux éco résilients pour les réseaux, risques de pollution liées aux résidus médicamenteux dans les eaux usées). Par ailleurs l’exigence des usagers est de plus en plus élevée sur la question de la qualité sanitaire de l'eau fournie, et les normes de rejets pour les eaux usées se durcissent, ce qui implique la normalisation des installations de traitement et des réseaux de collecte et de distribution.
Le métier est également impacté par le volet administratif (difficultés accrues de financement des projets, développement de l’évaluation des politiques publiques) et le volet technique (utilisation du SIG et des TIC).

Risques spécifiques :

Risques chimiques dus à la proximité des substances utilisées (acides, soude..) et biologiques via l'exposition aux matières traitées (bactéries, virus). Risques de contaminations ou de dégagements de gaz toxiques. Présence d’outils et de matériels hydrauliques spécifiques, machines tournantes…
Risques juridiques ou environnementaux liés aux conséquences d’incidents d’exploitation.
Troubles musculo-squelettiques, oculaires (travail sur écran).

Accés