Médiateur(trice) scientifique

Date d'émission: 

13/12/2016

Type de fiche: 
métier
Famille de métier: 
4 - Communication, valorisation
Typologie: 
Coeur de métier de la biodiversité
Finalités du métier : 

Le ou la médiateur(trice) scientifique (ou de culture scientifique) définit et planifie des projets pédagogiques visant à sensibiliser et former le public aux enjeux de la biodiversité et du développement durable. Il (elle) élabore une stratégie et coordonne un plan d’action dans son domaine, scientifique, de même qu'un médiateur culturel dans sa partie.
Il ou elle contribue aux projets d'éducation des publics, avec pour objectifs de développer la réflexion, la curiosité et la connaissance de la nature, de l'écologie et des acteurs intervenant dans sa préservation, afin de limiter la détérioration des milieux naturels et de renforcer le lien social sur un territoire donné.

Missions et activités principales : 

Intervenir en ingénierie de médiation :

Développer, coordonner et suivre des projets et programmes d'actions adaptés aux publics auxquels ils sont destinés,
Définir le concept, le sujet et les messages ou informations à transmettre, et le public visé,
Analyser le besoin, le contexte et procéder aux recherches nécessaires, constituer une base de données documentaire et de ressources,
Concevoir les dispositifs et choisir les modalités pédagogiques ou de diffusion (animation, présentation, exposition, document, objet d’interprétation, site web, émission radio, vidéo...),
Assurer une veille sur les techniques de médiation scientifique et sur l'actualité du domaine traité.

Créer, coordonner et mettre en place les actions de médiation :

Concevoir des documents, supports ou scénographies (évènement, exposition, lieu...),
Analyser et vulgariser les informations afin de rédiger les contenus en fonction de la cible et du support,
Réaliser les supports ou coordonner la production et les prestataires,
Planifier les évènements, piloter la logistique, former et encadrer les animateurs,
Intervenir auprès de différents publics dans des contextes divers.

Valoriser les actions de médiation :

Elaborer la stratégie de communication de ses projets et la piloter,
Présenter les actions de vulgarisation (interventions lors de colloques, séminaires, publications…),
Conduire des démarches consultatives et participatives (habitants et acteurs d’un territoire…),
Participer aux réseaux techniques et stratégiques dans sa partie (culture scientifique et domaine traité),
Fidéliser les partenariats existants.

Compétences requises

Connaissances :

Pédagogie des différents publics, sociologie du territoire, jeux d’acteurs
Connaissances scientifiques, dispositifs et acteurs dans les domaines concernés (culture scientifique, biodiversité, développement local, culturel…)
Réglementation liée (droit d'auteur, sécurité du public et des matériels...)
Techniques d’interprétation et de médiation

Savoir-faire :

Analyse et synthèse de l'information
Vulgarisation de données à caractère scientifique, culturel, environnemental
Communication écrite, orale (proche de la dramaturgie)
Conduite de projet
Conception et évaluation d’animations

Savoir-être :

Adaptabilité
Pédagogie, relationnel (écoute, empathie)
Précision et rigueur (traitement des données), neutralité
Dynamisme, réactivité
Aptitude au travail en réseau

Exercice du métier

Conditions et moyens :

Le ou la médiateur(trice) agit en grande partie en bureau mais est amené(e) à se déplacer régulièrement sur un territoire donné en fonction des projets développés.
Il ou elle est plus ou moins autonome pour organiser son programme d’actions et les outils correspondants.
Le métier demande une forte adaptabilité (moyens, supports, publics…) et une veille permanente sur une double compétence : en matière de culture scientifique et technique, et sur sa thématique.
En situation de responsabilité de service, il ou elle peut organiser la politique de médiation d'une thématique ou d’un secteur donné et animer une équipe de collaborateurs.

Evolution :

Le métier concerne des publics de plus en plus larges. Il est impacté par le développement des partenariats et le travail en réseau, les évolutions des techniques pédagogiques (plus de participatif, intégration de méthodes actives…) et les évolutions liées à la vie d’un territoire donné. Evolution vers plus d'administratif (plans de financement, évaluations des retombées des actions).

Risques spécifiques :

Troubles oculaires et musculo-squelettiques (travail sur écran), risques liés aux déplacements, risque d’altercation ou d'incivilité (lié au contact avec le public).

Accés

Missions et activités spécifiques: 

Peut être amené(e) à :

Assurer le suivi administratif des projets (recherche de financements, cahiers des charges, autorisations, commandes…)
Contribuer à la recherche de partenaires publics et privés
Participer à la conception ou intervenir en formation

Spécialités métier :

(Selon les cas et l’organisation du travail) 

Médiateur(trice) du patrimoine (proche de médiateur(trice) culturel(le)) :

Compiler et rechercher des données patrimoniales
Identifier des points clé en matière d’interprétation du patrimoine étudié
Mobiliser son expertise
Rédiger ou renouveler le schéma d’interprétation